Horizontal Drop Down Menu In HTML Css3Menu.com

Pourquoi nourrir avec des artémias ?

Les Artemias représentent réellement une nourriture de choix pour tous les alevins et contribuent largement à une croissance rapide, à une coloration précoce et à une bonne résistance face aux maladies.

Petit crustacé (Arthropodes), de 1 mm environ, l'artémia est un plancton marin. On le trouve dans les eaux très salées du Groenland, de l'Australie, l'Inde et l' Asie centrale, dans les marias salants d'Europe méridionale (les étangs de Thau dans l'Hérault).

Quand il y en a beaucoup, l'eau se colore en rouge car ils possèdent de l'hémoglobine, qui donne la couleur rouge au sang.

En général, les œufs d’artemias, vendus dans les commerces aquariophiles, proviennent des grands lacs salés d’ Amérique du Nord. Lors de l’assèchement total d’un lac, ils peuvent survivre jusqu’à 5 ans.

Ce sont surtout les larves ou « nauplies » qui sont utilisées pour la nourriture des alevins, car elles sont très petites et constituent un aliment d’une grande richesse.

Elles restent vivantes plusieurs heures dans l’eau douce et sont un régal pour tous les poissons, d’eau douce ou marins, petits et grands. Il vous faudra : 1 ou 2 bouteilles en verre ou en plastique (type eau minérale), du sel de mer, 1 mètre environ de tuyau souple pour diffuseur, un diffuseur et une pompe à air. (On peut utiliser celle de l’aquarium). Pour le prélèvement, un tamis spécial est recommandé.

Remplir une bouteille avec un litre d’eau du robinet et ajouter 32 grammes de sel = 2 grosses cuillères à soupe.Le bouchon de la bouteille est percé de 2 trous du diamètre de votre tuyau d’aération.

Le tuyau amenant l’air dans la bouteille est équipé du diffuseur et suffisamment long pour aller jusqu’au fond de la bouteille. Par contre, le tuyau de retour est plus court.

Introduire dans l’eau une demi cuillère à café d’œufs d’artémias et mettre la pompe en route. Les bulles d’air ont pour but de maintenir constamment les oeufs en suspension.

Il est préférable que la bouteille soit inclinée (une boîte en carton, type boîte à chaussures, fera très bien l’affaire). Inutile de chauffer car l’incubation de ces œufs se fait sans problème entre 20 et 30° C.

Après un délai de 1 à 2 jours, en fonction de la température ambiante, les œufs ont éclos et les larves sont nées. On peut les distinguer à l’œil nu après avoir arrêté la pompe à air : les oeufs non éclos sont brun foncé et sur le fond, les coquilles vides flottent à la surface, alors que les larves nagent entre deux eaux et ont une couleur rouge orangée.

Pour concentrer les nauplies en un point donné il faut placer une source lumineuse en un point précis et, attirées par la lumière et elles se regroupent à l’endroit voulu.

On enlève ensuite le diffuseur et on place l’extrémité du tuyau dans la zone des nauplies. On peut pratiquer un siphonnage, mais il est plus simple (et plus sûr) de souffler doucement dans l’autre tuyau.

Le jet de sortie est dirigé sur le tamis spécial à mailles très fines. Cette eau pourra ensuite être réintroduite dans la bouteille. On plonge alors le tamis dans l’aquarium pour nourrir les poissons.

Pour mener les larves d'Artémia au stade adulte :

  • Une méthode simple et efficace : placer les larves dans un milieu nutritif spécial, à base de levure ou/et d'éléments nutritifs vendu dans le commerce aquariophile. Si l'on suit les indications du fabriquant (et avec le minimum de chance indispensable), les larves sont devenues, après 3 à 4 semaines, des adultes qui peuvent se reproduire.

  • Autre méthode : les nourrir avec des protozoaires ou infusoires qui sont des animaux microscopiques dont l'élevage est aisé, mais exige des soins réguliers, sous peine d'odeurs nauséabondes. On peut le faire avec une poignée de foin ou de la laitue placée dans un récipient contenant de l'eau. Une fois le voile constitué à la surface, on prélève des fragments avec une cuillère en plastique (désinfectée chaque fois après l'opération avec de l'eau de Javel), par exemple, et on les introduit dans le milieu contenant les artémias.

  • On peut aussi essayer de trouver des chlorelles (algues vertes) chez des commerçants en aquariophilie (pas toujours évident), ou auprès d'un club aquariophile, ou si vous en avez l'occasion dans un labo SVT (sciences de la vie et de la Terre) de lycée, car de nombreux travaux pratiques se font avec ces algues unicellulaires. Si on a de la chance, les chlorelles sont placées dans de l'eau ordinaire (c'est en fait de l'eau minérale). L'éclairage est essentiel car ces algues sont photosynthétiques et ont donc besoin de lumière. De temps en temps, on peut rajouter un peu d'eau minérale gazéifiée qui apportera sels minéraux et surtout le CO2 dont ces organismes ont besoin pour leurs synthèses.

  • Autre méthode, que je n'ai pas essayée mais dont on trouve plusieurs descriptions sur internet : préparer de l'eau de mer (1 litre d'eau avec environ 30 g de sel marin) et y ajouter le liquide contenu dans des huîtres ou des moules, le tout maintenu à une température de 20 à 25°C. Les nombreux animaux et végétaux unicellulaires qui s'y trouvent vont se développer rapidement pour peu que l'on enrichisse le milieu en éléments minéraux et organiques.